Identification

Email :

Mot de passe :

Mot de passe oublié


"Conformément aux règles du code de déontologie de la profession, certaines rubriques de ce site ne sont accessibles qu'avec l'identifiant et le mot de passe que votre vétérinaire vous a délivré lors d'une consultation."

Actus Clinique

Consultez les dernières actualités de votre clinique vétérinaire

Accueil > Actualité générale

La perruche ondulée

Alimentation conseillée Il est déconseillé de nourrir les perruches uniquement avec des graines. De même les « gâteaux pour oiseaux », à base de gras et de sucre (miel…) sont à proscrire. Les graines créent des carences en vitamines A, D, E, K, en calcium, en acides aminés essentiels (lysine, méthionine). Cela les prédispose aux infections respiratoires, diminue leur système immunitaire, peut provoquer des impactions et des abcès de la glande située au-dessus de la queue (glande uropygienne), et donne un plumage terne. Les femelles carencées en calcium peuvent faire des rétentions d’oeufs potentiellement mortelles. Rappelons que les femelles peuvent pondre même en l’absence de mâle (comme les poules !). Il est conseillé de proposer tous les jours des légumes et des fruits variés aux oiseaux (lanières de carottes, morceaux de pomme, raisins…) et de les renouveler fréquemment dans la cage. La base de l’alimentation devrait être constituée de granulés complets pour oiseaux (équivalent de « croquettes » qui ressemblent à du biscuit). Il est plus difficile d’introduire cette nourriture si l’oiseau a été habitué à manger des graines (plus grasses, donc plus attirantes). Comment différencier le mâle de la femelle ? La cire du bec (partie autour des narines) est bleue chez les mâles matures et jaune à brune chez les femelles. Si une femelle présente une cire brune en permanence, cela indique une hyperimprégnation hormonale, qui peut s’accompagner de problèmes reproducteurs (rétention d’oeufs, coelomite à jaune d’oeuf, agressivité…). Parlez-en à votre vétérinaire. Comment apprivoiser une perruche Les perruches sont assez craintives. Il est possible de leur tailler les plumes les premiers temps, afin de favoriser le contact avec l’homme et d’éviter les accidents ménagers (ventilateurs, fuite par la fenêtre, brûlures dans des casseroles…). Dans un second temps, l’oiseau comprend que l’homme n’est pas un prédateur et vient spontanément. Soins préventifs Il est important de vérifier à l’achat que votre oiseau n’est pas porteur d’une bactérie transmissible à l’homme (chlamydophilose). Cette bactérie se détecte grâce à une prise de sang, qui peut être effectuée chez votre vétérinaire. Certains oiseaux sont porteurs sains de virus contagieux pour les congénères. Il est important de dépister ces pathogènes si vous introduisez un oiseau dans une colonie, et d’effectuer une quarantaine d’un mois. Si vous décidez de faire reproduire vos oiseaux, assurez-vous que leur état de santé le permet. Il est conseillé de consulter un vétérinaire avant de se lancer dans la reproduction.